Suivi de la campagne de production du coton biologique: des visites de champs saluées par des producteurs engagés!


11.900 producteurs, une production en coton graine de 2285 tonnes sur une superficie totale de 5430 hectares, tels sont les objectifs que l’ UNPCB désire atteindre en fin de campagne dans le cadre de l’exécution du programme coton biologique. Ainsi, après la phase des fora tenue du 23 au 27 juillet 2019, une équipe composée des techniciens du coton biologique et des membres du conseil d’administration se sont rendus une fois de plus sur le terrain.Le but de ces sorties est de constater l’évolution de la campagne tout en apportant aux producteurs, encouragements et conseils. Pour M. Mande DIALLO, Chargé de la production du coton biologique  » La campagne se présente assez bien. La physionomie des champs visités est acceptable dans l’ensemble. Notre souhait est que la pluie se prolonge par endroit jusqu’en octobre pour favoriser ceux qui ont eu des retards de semis ». Les sorties ont débutées le 03 septembre 2019 et se sont poursuivies jusqu’au 12 septembre 2019.
Bonne campagne cotonnière!
Vive l’ UNPCB!
Vive le Coton !

RELANCE DURABLE DE LA PRODUCTION COTONNIÈRE AU BURKINA: LA PREUVE PAR L’EXEMPLE

HK

Dans le cadre du suivi des exploitations cotonnières, le DG de la SOFITEX et ses collaborateurs ont visité le dimanche 22 septembre, la plantation « Béog yinga Land » du Ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, par ailleurs Président du Comité de haut niveau de suivi de la relance durable de la production cotonnière. À travers cette exploitation de coton et de maïs ( au lieu de la monoculture ) le Ministre Harouna KABORE participe ainsi de façon concrète à la relance de la production de l’or blanc et à l’augmentation de la taille du grenier national . Il s’agit d’une invite à toutes et à tous à participer à la production agricole dans notre pays.
DCPM MCIA.

Garbal: la technologie au service du secteur agro-pastoral

M08Le projet MODHEM (Mobile Data for Moving Herd Management and better incomes) est initié par la SNV qui est une organisation Néerlandaise de Développement. Il se veut de renforcer les capacités de résilience des petits producteurs afin de les rendre capables de résister aux effets des changements du climat, améliorer leurs productions et leurs revenus de manière durable dans ce contexte de changement climatique. De ce fait, il propose d’utiliser l’imagerie satellitaire et la téléphonie mobile pour fournir aux producteurs les produits informatifs relatifs au climat, aux prix des produits animaux et végétaux, aux pâturages pour faciliter la mobilité du bétail…
Le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques et l’UNPCB abritant le point focal du projet, se sont donc engagés à mettre en œuvre des activités de développement qui s’inscrivent dans la vision du projet. C’est dans cette perspective que se sont tenues les 16, 17, 19 Septembre 2019 à Banfora, Bobo-Dioulasso et Dédougou, des séances de formations visant à renforcer les capacités des acteurs intervenants dans la réalisation du projet.
Au total 95 agents comprenant 65 agents de proximité (Agents Techniques Bio, Chefs de Zone et Conseillers en Gestion), 8 Inspecteurs Provinciaux de Gestion, 10 Présidents d’Unions Provinciales des Producteurs de Coton, 8 cadres de l’UNPCB et 4 Elus du Conseil d’Administration de l’UNPCB se sont appropriés les outils et supports didactiques du projet. Les agents de terrain identifiés dans les régions des Cascades, Hauts Bassins et Boucle du Mouhoun iront former les producteurs de leurs zones d’interventions respectives à travers des sessions d’animation.
Pour M. Kassoum OUEDRAOGO , Expert en Intégration Transhumance Agriculture à la SNV et formateur lors des différentes sessions , « L’objectif des formations qui était d’outiller les acteurs de l’UNPCB sur l’utilisation des produits du projet MODHEM pour favoriser une bonne compréhension des enjeux en vue de réaliser les indicateurs de résultats du projet, a été atteint. Je salue le dynamisme avec lequel les participants ont pris part à la formation et je suis convaincu que ces formations porteront des fruits au-delà de nos attentes, des fruits surtout bénéfiques pour les acteurs du secteur agro-pastoral »
A l’issu de ces différentes formations faites de discussion, d’étude de cas et des tests d’applications du téléphone, M. Mady ZONGO, Chef de service Formation et appuis aux OPC, affirme que « L’UNPCB à travers ses animateurs, compte former et sensibiliser 75 000 producteurs sur les avantages des produits et services Garbal ; Garbal étant le nom commercial des produits MODHEM »

L’ UNPCB sur le terrain: le tour des 28 provinces productrices de coton en 7jours

Le lundi 23 septembre 2019 a marqué le début des visites de champs de coton par le Conseil d’Administration de l’UNPCB accompagné des techniciens. Le top départ a été donné à wakuy à travers une visite du champ du président de l’UNPCB M. Bambou. Environ 150 hectares de coton a été emblavé cette année par ce dernier.
L’ objectif de cette sortie est de constater l’évolution de la campagne, être à l’écoute des producteurs pour recueillir les difficultés rencontrées ainsi que leurs doléances pour une clôture en beauté de la campagne cotonnière.
Plusieurs équipes réparties dans les différentes provinces ont effectuées ces visites jusqu’au samedi 28 septembre!
Puisse cette communication de proximité porter ses fruits!

Le président de l’UNPCB à la rencontre des producteurs du Houet !

05 champs de coton visités le vendredi 27 Septembre 2019  par une équipe constituée des membres du Conseil d’Administration de l’UNPCB, des membres des Unions provinciales et départementales , des techniciens…
Selon le président Bambou BIHOUN :  » En tant que porte parole des producteurs, il est plus qu’un devoir pour moi de me rendre sur le terrain afin de m’inpregner des réalités. Je ne peux prétendre défendre leurs intérêts en étant assis dans un bureau »
Pour le producteur Karim Ouattara du village de Kokoli,  » Que le Président de l’Union vienne accompagné d’une si forte délégation pour visiter le champ du petit producteur que je suis est plus qu’un honneur pour moi et témoigne de leur volonté de nous aider dans cette culture noble du coton’